La place financière suisse pourrait jouer un rôle important dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais les plus grandes banques, le Credit Suisse et UBS en particulier, ne prennent pas suffisamment au sérieux leur responsabilité climatique. C’est pourquoi des centaines de militants du collectif Climate Justice prennent part en ce moment à une grande action de désobéissance civile.

 

Zurich, lundi 8 juillet 2019. Les militants du collectif Climate Justice se sont installé tôt le matin autour du siège zurichois de Credit Suisse.

 

En pleine crise climatique, le Credit Suisse et l’UBS, continuent à financer les entreprises qui exploitent les combustibles fossiles. Rien qu’en 2017, le Credit Suisse et l’UBS ont financé l’équivalent de 93,9 millions de tonnes CO2, soit deux fois plus que les émissions de la Suisse en un an. Ces deux institutions financières portent une lourde responsabilité dans le réchauffement climatique.

Afin d’envoyer un signal fort et d’exiger plus de responsabilité climatique de la part du Credit Suisse, les militants Greenpeace soutiennent aujourd’hui une action du Collectif Climate Justice à Zurich. Avec plus d’une centaine d’autres défenseurs du climat, ils bloquent le siège du Credit Suisse sur la Paradeplatz depuis le début de la matinée. Ensemble, ils exigent que les acteurs de la place financière suisse se conforment immédiatement aux exigences de l’Accord de Paris sur le climat. En particulier, cela signifie une sortie rapide et complète des investissements dans le charbon, le pétrole et le gaz.

Une action est également en cours à Bâle. Le siège de l’UBS à Aeschenvorstadt est également bloqué. L’action du collectif Climate Justice est soutenu par de nombreuses organisations dont Greenpeace Suisse. Une engagement qui est cohérent avec le travail mené par Greenpeace pour la justice climatique et le désinvestissement des énergies fossiles depuis des années.